...

Le ministère de l’Économie va simplifier les aides aux entreprises électro-intensives

Trois milliards d’euros de subventions avaient été budgété par l’État pour soutenir les entreprises les plus exposées à la crise énergétique. Cependant, le dispositif, jugé trop complexe, a été peu utilisé et va être simplifié, a annoncé Bruno Le Maire le 30 août durant la Rencontre des entrepreneurs de France du Medef.

A ce jour, sur les marchés de gros, les prix de l’électricité et du gaz battent record sur record. La flambée des prix menace fortement les industriels, en particulier le secteur de la métallurgie et plus globalement toutes entreprises qui transforment et utilisent des machines avec des besoins de puissances importantes  Chez ONLY NRJ nous rencontrons des chefs d’entreprise de PME au bord du burn out qui nous expriment « les prix sont trop élevés, on ne pourra pas survivre, notre activité ne tiendra pas le coup ».

« Nous allons prendre ce sujet à bras-le-corps », a défendu le ministre de l’Economie Bruno Le Maire le 30 août, à la tribune de la REF 2022 du Medef. Ces derniers jours, le mégawattheure d’électricité a atteint des pics supérieurs à 1000 euros pour 2023.

Trois milliards de subventions prévues pour aider les entreprises.

Depuis mars, le gouvernement a débloqué trois milliards d’euros de subventions pour faire baisser les factures des entreprises, tandis que les particuliers sont couverts par le bouclier tarifaire. Le guichet unique, opéré par la direction des finances publiques, devait compenser jusqu’à 50 millions d’euros sur les hausses de facture d’énergie des entreprises. « Quand cela ne marche pas, on corrige. Le guichet unique aujourd’hui ne marche pas. Nous avons dit à toutes les PME, “si vous avez des difficultés, inscrivez-vous”. Mais les critères sont prohibitifs. J’ai entendu le message », a précisé le ministre, un peu plus tard devant les journalistes.

Ainsi, Bercy avait assorti le dispositif d’une liste de conditions longue comme le bras. ONLY NRJ avait rendu disponible sur son site les détails et modalités à télécharger. Pour y avoir droit, les entreprises devaient à la fois consacrer plus de 3% de leur chiffre d’affaires 2021 à leur approvisionnement en électricité et en gaz, avoir subi un doublement du prix par rapport à la moyenne de 2021 et enregistrer des pertes d’exploitation au cours du trimestre. Néanmoins, trois plafonds différents d’aides ont par ailleurs été mis en place : de – de 2 millions d’euros pour les entreprises les moins affectées par la crise énergétique, à 50 millions d’euros pour celles directement exposées à la concurrence internationale. Au maximum, l’Etat prend à sa charge 70% de la hausse de la facture d’électricité.

Un dispositif que nous avions jugé déjà trop complexe.

Les conseillers d’ONLY NRJ proposaient aux entreprises un accompagnement afin de mettre en place ces aides mais nous nous sommes rendu compte que ces mesures concernaient trop peu de cas malgré qu’une majorité d’entre elles étaient largement touchées. De quoi décourager les entreprises à déposer leurs dossiers. « La mesure est mal calibrée. Elle ne donne pas de visibilité aux entreprises et rares sont celles à cocher tous les critères. Il faudrait un dispositif plus sectoriel », plaide France aluminium, qui représente la filière. Parmi tous les clients d’ONLY NRJ, pourtant tous électro-intensifs, peu étaient éligible à la démarche.

En revanche, Bruno Le Maire assure que les critères seront simplifiés. Une réunion devrait se tenir à Bercy avec le ministre de l’Industrie, Roland Lescure, et l’ensemble des secteurs industriels concernés pour faire évoluer les critères. Le guichet sera prolongé jusqu’à fin décembre. Il devait initialement fermer fin août pour les déclarations des entreprises portant sur la période de mars à mai 2022, avant de réouvrir mi-septembre pour les déclarations concernant juin à août. Une première mesure de simplification.

C’est pourquoi, en contrepartie de ces aides, « la condition pour tout le monde, c’est faire des économies d’énergie. Il n’y a pas ceux qui vont devoir faire des économies et ceux qui pourront s’en exonérer », prévient Bruno Le Maire, devant les patrons, où il a été plus chaleureusement accueilli que la Première ministre Elisabeth Borne la veille. A priori, pour le ministre de l’Économie, la grande bataille sera d’épargner dans les prochains mois l’industrie en cas de pénurie de gaz et d’électricité. « Il ne faut pas ajouter une crise économique à la crise énergétique », clame le ministre. Aussi, le Conseil de défense en format énergie, convoqué le 2 septembre, devrait servir à établir la liste des secteurs prioritaires en cas de rationnement, à l’instar de l’industrie verrière, dont les fours ne peuvent pas s’arrêter sous peine de ne jamais redémarrer.

A cet égard, ONLY NRJ ne manquera pas de vous tenir informer sur les prochaines évolutions qui seront misent en places. Nos conseillers, courtiers en énergie, restent disponibles pour vous accompagner dans cette période compliquée.

Seraphinite AcceleratorOptimized by Seraphinite Accelerator
Turns on site high speed to be attractive for people and search engines.